En France, il existe une grande défiance envers les médicaments. En effet, nous avons tous entendu que la surmédication ou la surprotection fragilise notre système immunitaire. Même si cela peut-être vrai dans certains peut-on appliquer la même réflexion quand on parle de qualité de l’air ?
Purifier l’air de notre logement nous rend t-il plus sensible à la pollution de l’air au quotidien ?

 

Pollution de l’air au quotidien et Pic de pollution

En matière de qualité de l’air, trois niveaux de réglementations imbriqués peuvent être distingués (européen, national et local). Que ce soit l’OMS, l’Union Européenne, le gouvernement ou les collectivités locales, l’objectif de la surveillance de la qualité de l’air est de limiter l’impact de la pollution sur la population.

Par exemple, en Île-de-France, c’est un arrêté inter-préfectoral qui définit les seuils d’information et d’alerte ainsi que les mesures à mettre en œuvre en cas de pic de pollution.

Pour définir ces seuils, 4 polluants sont mesurés par l’association Airparif (https://www.airparif.asso.fr/) :

Découvrez les niveaux d'information et de recommandation et les niveaux d'alerte des différents polluants

Sources : https://www.airparif.asso.fr/reglementation/episodes-pollution

En fonction du niveau de pollution, il existe 2 niveaux d’alerte :

• Le niveau d’information et de recommandation

Le niveau de concentration des polluants dans l’air représente un risque pour la santé des personnes sensibles (personnes âgées, enfants, personnes asthmatiques, personnes allergiques…). Il est donc nécessaire de les informer.
De plus, certaines préconisations sont également données afin de réduire cette pollution. Il est par exemple possible de recommander aux conducteurs de réduire leur vitesse.

• Le niveau d’alerte

Le niveau de concentration des polluants dans l’air représente un risque pour la santé de l’ensemble de la population ou un risque de dégradation de l’environnement. Ce niveau justifie l’intervention de mesures d’urgence.

Pollution de l’air au quotidien et Pic de pollution

Au-delà des actions prévues à ces deux niveaux, lorsque que nous sommes en alerte pollution (ou pic de pollution), il est possible pour les autorités de mettre en place des mesures de restriction ou de suspension de certaines activités émettrices de polluants (industries et transports). La mise en place de la circulation alternée dans les villes est un bon exemple.

Ces seuils sont là pour protéger la santé de la population et respecter l’environnement.
Il faut savoir que la pollution de l’air est omniprésente même lorsque les médias ne parlent pas de pic de pollution car celle-ci est créée sans cesse par l’activité humaine (industries, trafic automobile, chauffage…). Toutes les activités qui utilisent le charbon ou le pétrole vont produire des rejets dans l’atmosphère comme les oxydes d’azote (ex : NO2), les oxydes de carbone (ex : CO, CO2), le dioxyde de soufre (SO2), les poussières et particules fines (PM10 et PM2.5), mais également d’autres composants comme le benzène

Nous sommes donc en permanence exposés à la pollution de l’air et cette exposition quotidienne est bien plus dangereuse pour notre santé que les pics de pollution.

 

Impact de la pollution de l’air sur la santé

Respirer un air pollué n’est évidemment pas bon pour la santé !
A chaque inspiration des particules intègrent notre organisme par les voies respiratoires.

La pollution de l’air peut irriter le nez, la gorge et peut avoir, à long terme, des effets plus néfastes comme la diminution des capacités respiratoires, des maladies cardio-vasculaires ou des sinusites chroniques (https://www.nateosante.fr/blog/sinusites-pollution-de-lair/).

Chez les personnes les plus sensibles (enfants, femmes enceintes, personnes âgées…) la pollution de l’air peut favoriser le développement de pathologies plus graves comme les allergies respiratoires ou l’asthme (dont le nombre de personnes atteintes a été multiplié par 2 en 10 ans) (https://www.nateosante.fr/blog/qualite-air-consequences-asthmatiques/).

Pollution de l'air : quels impacts sur la santé ?

Protection ou surprotection

Nous respirons au quotidien des particules fines, des gaz et autres polluants que notre organisme n’est pas fait pour assimiler ou éliminer.

Il n’est donc pas question ici de surprotection, mais bien de protection. Nous devons rester attentifs aux signes que notre corps nous révèle (toux, irritation, asthme, allergies respiratoires…).

En 2016, l’agence Européenne pour l’environnement estimait que plus de 500 000 décès par an en Europe sont directement imputables à la pollution de l’air. Asthme, maladies cardio-vasculaires, cancers… La qualité de l’air que nous respirons impacte notre santé au quotidien.

Alors que faire ?

Vous devez dans un 1er temps être vigilant et mettre en place des bonnes pratiques quotidiennes pour réduire la pollution de l’air dans votre logement (https://www.nateosante.fr/blog/pollution-de-lair-interieur-10-bonnes-pratiques/)

Restez attentif en suivant l’évolution de la qualité de l’air dans votre logement grâce au capteur de pollution : https://www.nateosante.fr/tester-la-qualite-de-l-air-pour-bien-respirer/353-capteur-particul-air

Les purificateurs d'air : LA solution !

L’air dans votre logement est trop pollué ? Vous êtes affecté par la pollution de l’air ?
Les purificateurs d’air NatéoSanté sont LA Solution ! Ils vous permettront de mieux vivre au quotidien et de protéger vos proches de la pollution de l’air :

Plus d’informations : https://www.nateosante.fr/32-les-purificateurs-d-air

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *